Présentation

Radio Bienvenue Strasbourg fait figure de pionnière dans le petit monde des radios FM à Strasbourg.

A la crainte des premières émissions pirates durant la fin des années 70, fait place l’euphorie de la libéralisation des ondes en 1981. C’est à cette même époque que la liberté d’association est accordée aux immigrés. RBS se positionne alors comme une radio locale associative à destination des résidents étrangers de Strasbourg et de sa proche banlieue.

Au confluant des mouvements militants et des nouveaux mouvements sociaux, RBS propose un moyen d’expression aux « sans voix ». Les minorités exclues du débat public auront désormais accès à un média pour se faire connaître et reconnaître.

Le nerf de la guerre de cette jeune radio sera en même temps son talent d’Achille. Rapidement vont se faire jour les premières difficultés liées à la mise en œuvre du principe de la prise de parole donnée aux populations concernées. Ces difficultés, doublées d’autres plus insidieuses, financières celles-là, vont mettre à mal la pérennisation de cette démarche alternative.

Sus aux modèles

Là où d’autres radios optent pour un modèle entrepreneurial, RBS s’obstine laborieusement dans son idée originelle, quitte à en payer le prix durant de longues années ; là où s’estompe peu à peu la subversion rédactionnelle, RBS s’inscrit définitivement dans une dynamique de développement territorial.

Cette obstination fait d’RBS, depuis plus de 20 ans, une radio de proximité, où les préoccupations quotidiennes de quelques uns nous ouvrent à des causes plus larges d’éthique mondiale.

Notre héritage

Notre radio porte aujourd’hui en elle son histoire : communiquer des idées, des informations, partager des passions, donner la parole, etc. C’est notre marque de fabrique.

RBS continue de développer cet autre mode d’information et de communication, tout en participant activement à la transformation sociale, en intervenant à l’intersection de ce qui se passe sur le terrain et des grands débats de société.

Sur nos ondes, les « Sans voix » retrouvent la parole. Ainsi, les artistes locaux sont quotidiennement invités à se faire connaître, alors qu’ils n’ont aucune entrée sur les grands médias.

C’est ainsi que s’est créée une sorte de communauté d’intérêt autour de la radio. La culture est appréhendée ici comme moyen de fédérer les communautés d’un même territoire. C’est ce qu’on a pris l’habitude de nommer « communication sociale de proximité ».

Une radio active

Car RBS est une radio de communication sociale de proximité. C’est ce qui nous définit. Dans cette optique, on comprend mieux que l’audimat ne soit pas notre principale préoccupation et que le contenu rédactionnel ou musical ne sera jamais sacrifié au profit de la déduction du plus grand nombre. L’audimat ne détermine en rien notre projet radiophonique. Et pour cause.

Depuis toujours, nous considérons davantage notre auditeur comme un acteur ou pour le moins un témoin actif. Il est le relais de l’information, voire un intervenant potentiel à l’antenne.

C’est le dispositif classique de la radio qui est inversé : au lieu de répondre à ses attentes, nous lui proposons d’exprimer ses réactions.

Radio pluri-communautaire

Sur ces principes de base, lentement mis en place depuis 1979, RBS s’évertue aujourd’hui à mettre dans la lumière les cultures émergentes, tout en respectant le temps d’antenne accordé aux communautés étrangères résidant à Strasbourg : espagnoles, Portugaises, Maghrébines, Africaines, Turques, peu à peu rejointes par des communautés de plus en plus spécifiques : Catalanes, Laosiennes, Azéries, …

RBS est un point de ralliement pluri-communautaire qui offre une idée concrète de l’ « universel ».